Le football féminin est devenu depuis quelques années, une discipline suivie et appréciée du public et également des médias. La disponibilité, la gentillesse, leurs jolis sourires sont agréables, surtout dans cette période où le foot masculin n'est pas très populaire. Mais il ne faut pas se tromper, si les filles n'avaient que cela pour elles, cela n'intéresserait personne ... enfin pas sur les terrains de foot.
En 10 ans, le Foot Féminin a énormément progressé. Les clubs pros et les "gros" clubs amateurs s'y intéressent. Les clubs et les municipalités y consacrent un vrai budget, de vraies structures d'entraînement, des plages horaires d'entraînement et de matchs, des éducateurs dans les clubs mais aussi dans les Districts et Ligues. La Fédération s'est réveillée sous l'impulsion de personnes passionnées par le foot féminin. Ce n'est pas d'aujourd'hui que les filles aiment et jouent au Foot. Il fallait simplement s'y intéresser un peu plus, Messieurs les Machos. Il a fallu attendre que le foot masculin soit au fond du trou et que certains veuillent "redorer le blason du Football Français" pour regarder au fond du terrain, derrière les buts, dans un petit coin ... il y a des filles qui jouent au Foot. Et c'est plutôt pas mal.
Coïncidence ou pas, c'est au moment où tout va mal chez les hommes que les filles commencent à avoir des résultats sous l'impulsion de l'Olympique Lyonnais et de l'Equipe de France Féminine également, avec des résultats intéressants au niveau international. Grâce, entre autres, à Aimé Jacquet (encore lui !) et la nouvelle sélectionneuse Elisabeth Loisel, le centre technique de Clairefontaine et ses structures s'ouvre au foot féminin. Les joueuses peuvent donc bénéficier des mêmes droits que les hommes. Résultat, en 2003, première qualification pour une Coupe du Monde avec un dernier match de qualification à Saint Etienne, dans le chaudron de Geoffroy Guichard, devant 23 000 spectateurs ! Du jamais vu. La révolution est en marche.

La confirmation est plus dure mais l'espoir est bien présent et il y a des raisons d'espérer. Le travail de fond dans les clubs et à la Fédération est bon. Le foot féminin progresse en nombre de licenciés mais également en qualité.
Le travail paye enfin, Coupe du monde 2011 : 4ème place avec beaucoup de regrets. Jeux Olympique 2012 : Qualification historique et 4ème place. Avec encore une fois, beaucoup de regrets.

Aujourd'hui, débute l'Euro 2013. La France fait partie des favorites. Pourquoi allons-nous Bien figurer à cet Euro ?
Grâce aux désillusions de 2011 et 2012 (même si ce sont des résultats plutôt bons), les filles et le staff sont revanchards. Le mental sera présent et la gestion des moments clefs sera maitrisée. L'expérience acquise par ce groupe quasi inchangé n'a pas de prix. Le groupe est homogène et cette fois, plusieurs schémas tactiques ont été mis en place par Bruno Bini et son staff. Il sera donc plus facile de s'adapter aux problèmes causés par les adversaires. Offensivement, nous avons les armes pour marquer beaucoup de buts. Après de nombreux matchs de préparation se terminant par des matchs nuls et un faible ratio occasions/buts, la réussite va tourner. Marie Laure Delie avant-centre des Bleues va marquer, les flêches Elodie Thomis et Eugénie Le Sommer, les "passeuses décisives" Gaetane Thiney, Louisa Necib, et Camille Abily vont la fournir "en bons ballons".
La complémentarité de ce groupe nous permettra de se rapprocher du titre de Championne d'Europe 2013 - La révolution est en marche - Une nouvelle ère s'ouvre à vous !