Lors de cet été 2013, nous attendions l'équipe de France Féminine mais nous connaissons tous, la triste fin. Pour nous consoler, nous avons eu droit à deux beaux épisodes joués par "les djeuns" des catégories U20 (champions du monde) et U19 (vice champions d'Europe). Ce fut donc un bel été car deux catégories de jeunes en finale la même année, ce n'était jamais arrivé ! Et d'ailleurs, c'est même la première fois que nous sommes champions du monde U20. Pour les U19, c'est plus commun, avec un dernier titre en 2010 (pas si lointain).
Il est donc très satisfaisant de pouvoir se dire que la formation Française n'est pas complètement "perdue" et disparue.
 
Mais maintenant, on fait quoi ?
 
Il ne va pas falloir fanfaronner très longtemps et se vanter face aux mauvaises langues : "vous voyez que la formation est bonne en France" disent déjà certains. Surtout, gardez un peu d'humilité Messieurs les dirigeants de clubs et de la Fédération. Car depuis combien de temps, la catégorie Espoirs n'a t-elle pas "existé" sur la planète mondiale et européenne ? Dernière participation aux JO : 1996 (depuis 1992 c'est la catégorie Espoir qui y participe). Dernier résultat à un Euro Espoirs : Finaliste en 2002 (seule victoire en 1988). Depuis c'est le néant, et pourtant le vrai tremplin vers l'équipe de France A et le très haut niveau doit absolument passer par la catégorie Espoirs.
C'est bien beau de s'enthousiasmer pour les beaux parcours des U17 - U19 - U20 mais ouvrons les yeux sur la réalité. Comment construire sur la durée, comment faire pour être performant chez les A en négligeant les Espoirs ? Certes, nous aurons toujours des joueurs arrivant de nulle part ou ayant été refoulés par les centres de formation (ouf !) mais la majorité doit tout de même suivre le cursus traditionnel pour former des collectifs, des cohésions, emmagasiner de l'expérience.
Et pourtant, ce n'est pas à cause de l'équipe de France A. Mis à part actuellement avec l'apparition, entre autres, de P. Pogba et R. Varane, combien d'espoirs se sont réellement imposés en A ? Très peu. Certes, il y a la génération 87 (Benzema, Nasri, Ben Arfa, Menez ...) qui est plutôt bien représentée, enfin si l'on considère qu'ils sont utiles et non des boulets, mais sinon peu de générations espoirs ont percé.
Est-ce qu'avec D. Deschamps et W. Sagnol à la tête des A et des Espoirs ce phénomène va s'inverser ? Ont-ils réellement conscience de ce problème ? Leurs expériences du haut niveau et leur sens de la rigueur pour obtenir des résultats seront des atouts mais le problème est plus profond et ce sont surtout les dirigeants de la F.F.F. et leur président Noël Le Graët qui doivent prendre des décisions en profondeur.
 
Le phénomène est encore très préoccupant pour les espoirs actuels. Wahbi KHAZRI, joueur du SC Bastia et espoir du foot français convoité par plusieurs clubs du haut de tableau de ligue 1 et par d'autres étrangers de seconde zone. Que va-t'il faire ? Partir à l'étranger pour un choix financier pour son club, choix financier pour son ou ses conseillers, choix financier pour lui-même. Choix sportif : Se mesurer à la concurrence dans un "grand" club Français voire étranger qui joue un vrai rôle majeur mais jouer et ne pas être sur le banc, ou rester dans son club et continuer de travailler, progresser, grandir ? Quel conseil lui a été donné par son club et surtout comment intervient la Fédération dans ce type de cas pour un Espoir REEL du foot Français ?
Parce que la vraie question est ici : Comment la fédération "protège" ses espoirs ? Ne sont-ils pas suffisamment laissés aux mains de leur club qui tôt ou tard les vendront en se préoccupant avant tout de leurs finances (ce n'est pas un reproche mais une réalité économique). "La Fédération ne peut pas conseiller tous les joueurs" diront certains. Et bien si, les 10-15 espoirs majeurs de chaque génération devraient être protégés, surveillés, conseillés, par la Fédération Française de Football pour leur bien et celui de l'équipe de France.
Ne parlons même pas du cas M'Villa parti se perdre en Russie. Et pourtant, Rennes est parmi les meilleurs clubs formateurs avec de vraies structures pour bien protéger ses joueurs et un entraineur (Frédéric Antonetti) très performant avec les jeunes.
 
Alors pourquoi un bon nombre de ces espoirs préfèrent aller jouer chez le 15ème en Angleterre, en Espagne ou en Italie ? Voir chez le 5 ou 6ème en Turquie, Grèce, Belgique, Russie ou Ecosse. Quelle analyse est faite sur ce phénomène de plus en plus récurrent ? Aucune !
 
Que va-t'il se passer pour R. Cabella après sa saison à Montpellier ? Que va faire Yaya Sanogo à Arsenal ? Lucas Digne va-t'il s'imposer au PSG ?  Pourquoi aucun club du top 10 de ligue 1 ne souhaite avoir Adrien Rabiot en prêt mais préfére un Brésilien de 3ème division (petite exagèration) ? Et j'en passe encore et encore ...
 
Rendez-vous très prochainement ... l'Euro 2016 arrive à grands pas !