LE FOOT POUR TOUS

26 avr. 2015

Pour plusieurs raisons, votre Blog préféré change de nom et devient

 

SO FOOTBALL CLUB

 

Vous pouvez désormais le retrouver sur

www.sofootballclub.com

 

A très bientôt

Posté par lefootpourtous à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 mai 2014

Dit moi Jean Raymond, ça sert à quoi un entraineur étranger ?

       
    

Après plusieurs saisons où la descente en Ligue 2 était proche, cette fois-ci c'est fait ! Valenciennes jouera la saison prochaine 2014/2015  à l'étage inférieur.                            

Pourtant son dynamique président, Jean Raymond Legrand, aura tout tenté .... en vain. Président de VA depuis juillet 2011, il succède à Francis Decourrière qui fut le président de la reconstruction de 2004 à 2011.  Ce Chef d'entreprise arrive à la tête d'un club "en ballotage" sur le plan financier comme sur le plan sportif. Passionné par ce club, il décide de se jeter corps et âme dans sa nouvelle mission et investira plus de 14 millions d'Euros de sa fortune personnelle. C'est une belle preuve d'amour mais on ne peut pas non plus tout pardonner à quelqu'un sous prétexte qu'il met son argent personnel dans le club !

                                          

Depuis son arrivée, il se bat pour construire une équipe avec de faibles moyens. 1er objectif : faire baisser la masse salariale. 2ème objectif : maintenir le club en Ligue 1. Il arrive plus ou moins à remplir le premier mais pour le deuxième, c'est le cas jusqu'à cette saison 2013/2014. Cette saison est compliquée depuis le début et Daniel Sanchez qui avait jusque-là fait du bon travail en Ligue 1 (2011/2012 : 11ème, 2012/2013 : 12ème) est remercié. Vient alors le choix du nouveau coach. J.R. consulte plusieurs entraineurs et choisi finalement le Belge Ariel Jacobs. Cet entraineur expérimenté, passé entre autres par Anderlecht où il sera deux fois champion de Belgique, ne trouvera jamais les clefs pour le maintien de VA. Pourtant, il est sans doute très compétent mais est-ce le bon moment de faire venir un entraineur étranger au mois d'octobre, dans une situation délicate comme celle du Valenciennes FC. Vu le résultat, on peut dire NON ! Surtout quand on compare avec ce que fait Sochaux et son nouvel entraineur Français, Hervé Renard. Un entraineur étranger est une bonne chose pour le Football Français quand il apporte une culture différente, des méthodes différentes et quand il a du temps pour travailler. Mais quand il apporte peu de changements cela ne sert à rien.

Et pendant ce temps, bon nombre d'entraineurs Français compétents sont sans club : Carteron - Antonetti - Baup - Bathenay - Casoni - Chauvin - Daury - Domenech - Fernandez J. - Fournier L. - Lechantre - Pouliquen -Remy P. - Tholot - Papin - Lacombe G. - Dumas. Tous des NAZ ?

Alors JRL, n'as-tu pas fait l'erreur de choisir un entraineur étranger ?

                                                   

Posté par lefootpourtous à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 mai 2014

Allez Lyon !

                                                             

Il n'est pas question d'être plus partisan ou supporter de l'OL mais plutôt d'encourager et de souhaiter un club français voulant jouer une coupe d'Europe et surtout de tout faire sur le terrain lorsque celle-ci est là.

Toutes les saisons, de nombreux clubs de ligue 1 ne pensent qu'à une chose : terminer le championnat à une place Européenne. Si on s'arrête là, nous pouvons dire que c'est une belle ambition mais le problème est que lorsque la saison suivante arrive ces fameux clubs ne sont pas au niveau pour représenter la France, trouvant des excuses, des pretextes du genre : "notre effectif est trop juste pour jouer toutes les compétitions" ou "on a pas assez d'argent pour se renforcer" ....etc. Et cette saison 2013/2014 a été un grand cru, Marseille a été pitoyable (0 victoire, 0 nul et 6 défaites) en phase de poule de la Ligue des Champions. Nice et Saint Etienne, pathétiques, n'ont même pas passé les barrages de l'Europa League (FC Seville finaliste de cette édition est aussi passé par le 3ème tour préliminaire et pourtant il ne pleurniche pas sur la fatigue d'une longue saison !). Bordeaux, mou du genou à en pleurer, finissent dernier de leur groupe en Europa League avec une seule victoire dans un groupe ..... qui fait froid dans le dos (Eintracht Francfort, Maccabi Tel Aviv, APOEL Nicosie). Alors merci pour le "foutage de gueule" !

Seul le PSG, quart de finaliste de la coupe aux grandes oreilles (ce qui est le minimum syndical) et Lyon, quart de finaliste de l'Europa League ont fait le mimumun pour représenter la France.
On ne peut donc pas se réjouir de voir deux clubs français s'arrêter en quarts de finale sachant que pour l'OL, ce parcours en Europa Ligue ne peut masquer l'élimination prématurée en barrage de la Ligue de Champion contre la Real Sociedad.

Mais nous devons quand même tirer un coup de chapeau aux Lyonnais pour leur implication durant tout leur parcours en Europa League et pour leur prestation face à la Juventus Turin. Ils ont ainsi prouvé que les clubs français peuvent parfaitement lutter avec un grand d'Europe si ceux-ci mettre de l'envie et de la motivation.
L'OL n'est plus ce grand club en Europe comme dans les années 2003 à 2010. A la peine cette saison, ayant beaucoup moins de moyens, un effectif jeune et peu expérimenté, ayant toujours beaucoup de blessés (ce qui est trop récurrent depuis quelques saisons), ils arrivent à faire trembler le champion d'Italie, qui même s'ils se sont un peu raté en LdC, les Italiens restent une valeur sûre en Europe.
Cela prouve que même avec des moyens limités, si on a un minimum d'envie pour jouer à fond en Europe on arrive à avoir un minimum de résultats. Les clubs Français ne sont pas moins bons que tout ces clubs qui ont éliminé nos clubs cette saison mais ils ont une mentalité irréprochable.

Alors s'il vous plait, chers club Français voulant l'Europe pour la saison 20014-2015, soit vous comptez défendre votre chance à fond, soit vous restez chez vous !

Pour le peuple Français, merci d'avance.

                                                             

Posté par lefootpourtous à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 avr. 2014

Paris reste à sa place !

                                                 

Il n'est pas question de remettre en cause les qualités du PSG. Bien au contraire, il ne fait aucun doute que les Parisiens sont meilleurs que les londonniens de Chelsea sur le plan de la qualité de ses joueurs. Pourtant, ce sont bien les Anglais qui sont en demi-finale de la ligue des champions !
Dans le foot comme dans tout sport de haut niveau, il n'y a pas de secret, l'expérience sera toujours quelque chose de primordial. Et de l'expérience le PSG en a cruellement manqué lors de cette double confrontation.

Dès le lendemain de cette élimination, les critiques vont bon train, tout le monde cherche des explications rationnelles. "C'est la faute de Laurent Blanc", "Cavani n'a pas été bon", "la tactique n'est pas la bonne", " la ligue 1 est trop facile pour Paris", "avec Ibra, ce serait passé" ...etc. Il est toujours très facile de critiquer après coup surtout qu'avant le match, tout le monde les voyaient déjà champions d'Europe. (A 3 min près, Laurent Blanc signerait déjà un contrat de 5 ans !) Mais voilà, la grande ligue des champions ne se donne pas comme ça, si facilement, si rapidement.
Chelsea fait partie depuis de nombreuses années de ces équipes qui sont dirigées par une ou plusieurs personnes avec beaucoup d'argent. Comme le PSG actuel. Et pourtant Chelsea n'a gagné la ligue des champions que huit ans après l'arrivée du milliardaire Russe, Roman Abramovich. Et on ne parle même pas de Manchester City qui n'arrive pas à passer les 8èmes de finale de la LdC alors que depuis 2008, le club est dirigé par Khaldoon Al Mubarak soutenu par un fonds d'investissement d'Abou Dhabi. Et pourtant ce sont des clubs du plus grand championnat de l'univers !! Celui où l'on court partout, où l'on tacle à hauteur du genou, celui où l'on marque des buts de 50 m (sans gardien). Tout ça pour dire que toutes les critiques ne valent rien ! Paris a bien une équipe pour gagner la ligue des champions dès aujourd'hui. Ses joueurs comme son entraineur sont au niveau. Mais sur ses deux matchs, Paris n'a pas joué comme les Parisiens savent le faire. Petits bras ? Oui ! Par peur de perdre, sans doute.Par manque d'habitude à ce niveau-là, certainement.

Qui peut dire que Cavani n'est pas un attaquant "haut de gamme" ? Pourtant, il s'est complétement raté. Et quand on voit le visage de Thiago Silva, la sérénité n'est pas de mise. Le grand défenseur Brésilien est apparu fébrile, pas le vrai leader que l'on voit d'habitude. Le jeune Verrati a souffert, le fringant Matuidi est apparu bloqué et c'est tout le groupe qui a craqué.
(en aparthé, c'est aussi pour cela que le Brésil ne gagnera pas la coupe du Monde car avec ses joueurs de qualité dont le défenseur Parisien, leur expérience pour supporter l'énorme pression qui les attend risque de ne pas être suffisante). 9 joueurs sur 11 des titulaires de Londres étaient déjà titulaires à Barcelone l'an dernier. Il est donc sûr que l'an prochain, ils ne referont pas les mêmes erreurs.

Paris n'a donc pas perdu à cause de ses qualités, Paris a perdu à cause de son inexpérience.Comment peut-on juger la qualité du PSG ? Sur les quatre mi-temps de ces quarts de finale, sur une seule, la deuxième mi-temps du match aller, nous avons pu voir une équipe jouer au foot, jouer son jeu, en jouant plus haut avec un bloc compact, des phases de jeu porté vers l'avant, des initiatives techniques et tactiques ....

C'est pourquoi, il ne faut pas tout remettre en cause et continuer d'emmagasiner de l'expérience. Quand on perd c'est forcément parce que des choses n'ont pas été au niveau mais ...... c'est tellement facile de critiquer après coup.

                                       

Posté par lefootpourtous à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 févr. 2014

Déprime à l'Ouest !

cr

 

Et plus précisément dans le Sud Ouest.

Après leur élimination en coupe de France début janvier, Bordeaux battu par l'Ile-Rousse (CFA 2) et Toulouse battu par Moulins (CFA), replongent dans la morosité et la déprime. Mais c'est surtout, nous les amoureux du foot et leurs supporters qui sommes déprimés par ces deux équipes !

Oui, il est possible de perdre en coupe de France contre un plus petit que soi. Et heureusement même, pour la beauté de cette compétition mais le problème c'est qu'avec le TFC ou avec les Girondins, il n'y a pas qu'en coupe de France qu'ils nous font mourir d'ennui.

Avec ces deux équipes, il y a pourtant rarement de 0-0 (1 seul pour bordeaux et 3 pour Toulouse) mais c'est plutôt dans leur l'enthousiasme et leurs initiatives offensives qu'ils ne sont pas à la hauteur. Pourtant, ces deux clubs ne vont ni descendre, ni finir sur le podium. Alors pourquoi s'entêtent-t-ils avec leur jeu bridé, sans prise de risque, toujours calculé ?

Lâchez-vous un peu !

D'ailleurs le derby de la Garonne, qui a eu lieu le 11 janvier dernier, a été d'une pauvreté dans le jeu .... "une vraie purge" comme on dit.

Pourtant, Francis Gillot et Alain Casanova sont des entraineurs qui aiment le beau jeu et qui, apparemment, essaient de l'inculquer à leurs joueurs. Alors certes, les deux effectifs ne sont pas les meilleurs de la Ligue 1 mais quand on voit jouer Nantes ou Reims, on peut se demander s'il y a une réelle envie de bien jouer au foot ou alors seulement prendre des points sans se préoccuper "du reste". Et dans "le reste", nous pouvons mettre leurs supporters. Capables à certains moments (trop rares) de produire de bonnes prestations, ils sont incapables d'être réguliers. Vos supporters ne vous demandent pas d'être champions car ils savent bien que ce n'est pas possible, quoique souvenons-nous de Montpellier il n'y a pas si longtemps !

La Ligue 1 est critiquée pour sa dureté physique, son manque de buts, son manque d'initiative offensive alors Messieurs les entraineurs et surtout les joueurs, un peu de courage parce que nous parlons bien de cela, passez à l'offensive et pour ceci vous n'avez pas besoin d'avoir les meilleurs joueurs du monde, regardez en Ecosse ou au Portugal, qui sont des championnats réputés plus faibles que la Ligue 1 mais qui sont beaucoup plus agréables à regarder.

Alors si vous voulez voir des stades pleins et des supporters heureux ..... proposez-nous de beaux spectacles. Ce n'est pas si compliqué que cela, il suffit juste d'un peu d'envie .... au moins pour essayer !

 


25 déc. 2013

C'est Noël !

Quel cadeau de Noël "footballistique" auriez-vous souhaité ?
Vous êtes plutôt FIFA 14
ou manager dans l'âme avec Football Manager 2014
à l'ancienne avec Subbuteo ou Buteur
comme au club house avec un Baby Foot
Pragmatique avec les nouvelles chaussures de foot à la mode pour être bon tous les weeks-end
être un vrai supporter avec le maillot de son club favori
rêver que les bleus gagnent la coupe du Monde 2014 avec un maillot de l'équipe de France
danser la samba avec un maillot du Brésil
Partager une partie avec ses enfants et un ballon de la coupe du Monde
Vivre l'ambiance du stade avec un billet pour aller en tribune



                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

 

27 nov. 2013

Le scandale de la pelouse du stade de France

                                                                     

Carton Rouge ... Mr l'Arbitre pour les organisateurs du calendrier du stade de France mais également aux Fédérations Françaises de Football et de Rugby. Comment est-ce possible dans un pays comme la France de jouer un match de foot d'une telle importance sur une pelouse aussi lamentable.

Il est bien connu que le mois de novembre en France est souvent néfaste aux pelouses vertes. Rien de surprenant donc de voir des mottes de terre apparaître, à moins de ne jamais avoir mis les pieds … et les mains sur un terrain par 0 degré !

Mais quand on fait des calendriers de compétitions, il semble qu'il soit essentiel de regarder toutes les compétitions de tous les sports susceptibles d'utiliser une même pelouse. C’est certainement fait mais le point qui n’est surement pas pris en compte c’est le risque concernant les conditions climatiques. Un match de foot et de rugby sur la même pelouse au mois de juin ou au mois de novembre, au nord de la France ou dans le sud aura forcément des conséquences différentes. Jouer un match de foot puis un match de rugby sur la même pelouse en plein mois de novembre n'est pas incompatible mais à la seule condition de respecter cet ordre et non pas comme cela s’est passé récemment avec le match de Rugby - Test match : France - Nouvelle Zélande, le samedi 09 novembre et le match de Foot - Barrage de la coupe du Monde 2014 : France - Ukraine, le mardi 19 novembre soit seulement 10 jours après. Ceci est simple à comprendre quand on connait les deux sports est qu'on sait qu'au foot on ne fait pas de mêlées et de "travail au sol" qui détruisent plus facilement les pelouses. Et ce n'est pas de l'anti-rugby (sport sur lequel nous devrions, nous les footeux, nous appuyer surtout en terme de discipline) mais simplement un fait des caractéristiques de nos amis rugbyman. C'est pourquoi se délecter d'un France - All Blacks, quelques jours après un match de foot sur la même pelouse, en plein mois de novembre sera toujours un plaisir.

Alors Messieurs les têtes pensantes, apprenons de nos erreurs et évitons une nouvelle fois que l'Europe nous considère comme des incompétents de la pelouse !

                                      

12 nov. 2013

Carton Rouge... car un derby doit être une fête

 

derby

 

 

Dimanche 10 Novembre 2013, jour de derby entre l'AS Saint Etienne et O. Lyonnais au stade Geoffroy Guichard. Tout pour avoir un bon match dans un chaudron plein et dans une ambiance extraordinaire. Les supporters ont fait "leur travail" mais malheureusement, ils étaient les seuls.

Tout d'abord, carton rouge aux autorités pour l'arrêté du ministre de l'Intérieur et l'arrêté préfectoral de la Loire limitant l'accès aux abords du stade " à toute personne se prévalant de la qualité de supporters de l'OL". Il est vrai que cette décision n'a pas été prise sans raison car après le match de Coupe de France entre Saint-Etienne et Lorient, des membres du virage Sud lyonnais volent une grande banderole aux leaders des Magics Fans, un groupe de supporters de l'ASSE. et depuis les relations sont plus tendues. Mais si l'on croit que l'interdiction de déplacements améliorera les relations, c'est une erreur.

Ensuite, il y a Joël Bats. L'entraîneur des gardiens de l'OL est un garçon intelligent et il savait très bien que mettre une écharpe dans le but allumerai le feu de façon négative. Il est évident que c'est un mauvais choix. Rémi Garde a raison : "l'écharpe ? Il n'y avait rien de provocateur " mais s'il voulait venir en soutien à leurs supporters avec une écharpe, il fallait la mettre autour du cou ou des poignets pas sur les filets des buts devant les supporters "verts". Dans cette parodie de derby, il ne faut surtout pas oublier les joueurs ! Une première mi-temps fantomatique et déprimante. Le round d'observation peut durer 15 min tout au plus, mais pas une mi-temps entière. Pas d'actions, pas de "jeu", pas d'enthousiasme et pas de but. Aucune des deux équipes ne voulant se livrer. Tout ce que l'on ne souhaite pas voir dans un match de Ligue 1 et encore moins dans un derby. La seconde mi-temps fut un peu meilleure tout de même. Mais un peu de courage messieurs les joueurs ! C'est si beau un derby avec de vrais joueurs (et le pire, c'est qu'il y en avait sur le terrain ce dimanche)

Et pour clore le spectacle place aux présidents Aulas (OL) et Romeyer (ASSE). Rien de plus insupportable de voir deux représentants de deux grands clubs venir en direct à la radio (RMC) pour se "battre" comme des chiffonniers et défendre chacun ses positions comme des enfants. Messieurs, allez plutôt encourager vos joueurs à nous donner un beau spectacle quitte à leur donner une prime spéciale "beau derby" pour avoir fait de ce match ...... un vrai derby !

Mais alors, un derby c'est quoi ?

Un peu de provocation avant le match par presse interposée (sans dépasser les limites du respect de l'adversaire), des supporters "chauds" et enthousiastes (sans pour autant insulter les adversaires), des duels d'hommes (sans pour autant faire des tacles à hauteur des genoux), du spectacle, des buts et un match plein de beaux gestes techniques offensifs et défensifs avec une pointe de fair-play.

Ce n’est pas si compliqué que cela tout de même !

18 oct. 2013

L'autre duel de la Ligue 1

La saison vient de reprendre et tout le monde ne parle que du duel entre le PSG et l'AS Monaco pour le titre de champion de France.

Pourtant, il y aura un autre duel tout au long de cette saison. La ligue 1 accueille de nouveaux joueurs qui vont devoir très vite s'habituer à notre championnat. D'anciens pensionnaires font également leur retour et d'autres ont choisi de rester soit pour confirmer, soit pour se rattraper. Voici donc l'autre duel, entre deux équipes surprenantes et inédites. Chaque équipe est composée de joueurs à surveiller tout au long de cette saison.

Qui remportera ce duel à la fin de la saison ?

                       SELECTION FRANCE                                                  SELECTION ETRANGERE

                                        

Remplaçants :                                                                            Remplaçants :

COSTIL - UMTITI - B. MENDY                                             SUBASIC - M. LOPES - MARQUINHOS

PAJOT - MARTIN - VERETOUT - KONDOGBIA                   OCAMPOS - TREJO - BOUDEBOUZ - KHAZRI   

PAYET - LACAZETTE                                                             KALOU - BRAITHWAITE                 

Pour la sélection France, c'est un beau mélange de jeunes joueurs et de joueurs expérimentés de retour en Ligue 1. Dans les buts, RUFFIER parviendra t-il à mener les Verts vers les sommets et parviendra-il à intégrer le trio de gardiens de l'équipe de France. A moins que COSTIL toujours très régulier ne lui passe devant ?

En défense, deux jeunes "loups" plein de vitalité dans les couloirs. Mais rien ne sera simple. CORCHIA devra se battre pour éviter la saison galère et la relégation pour Sochaux . Pour DIGNE, le problème est tout autre. Il va devoir affronter la rude concurrence du meilleur latéral de ligue 1, le brésilien Maxwell. L'équipe de France n'est pas très loin mais il va falloir jouer quelques matchs. En défense centrale, difficile de trouver plus d'expérience. ABIDAL, 34 ans arrive du Barça avec toute son expérience et ses titres. Mais entre Monaco et l'équipe de France la saison ne sera-t-elle pas trop longue ? Pour son compère SQUILLACI, 33 ans, l'expérience sera également importante pour réussir une belle saison dans une belle équipe Bastiaise. Espérons que les blessures le laisseront tranquille. Attention également au jeune B. MENDY qui a tout le potentiel pour s'imposer à Marseille s'il arrive à supporter la forte pression Olympienne. UMTITI faisant partie de la jeune génération lyonnaise aura également son mot à dire si l'OL arrive à concrétiser son pari de la jeunesse.

Au milieu du terrain, difficile de trouver de vrais joueurs de couloir. Alors place aux jeunes pépites, CABELLA, IMBULA, GRENIER, tous devront franchir le dernier pas du haut niveau car leurs qualités ne font plus aucun doute. Pour les encadrer, un autre retour, TOULALAN, injustement écarté de l'équipe de France, va apporter une stabilité à ses jeunes coéquipiers et prouver à la ligue 1 qu'il est encore au niveau. Mais si l'un d'eux n'est pas à "la hauteur", PAJOT qui devenu un leader du stade Rennais, PAYET qui devra franchir une nouvelle étape à l'OM, MARTIN qui a tout pour porter Lille vers le haut du classement, VERETOUT et KONDOGBIA les champions du monde U20, ambitieux avec Nantes et Monaco, tous sauront surement prendre leur chance lors de cette saison alléchante.

Après le feuilleton de l'été, GOMIS devra écrire le feuilleton de la saison 2013/2014 ! Normalement, il nous habitue minimum à 10/15 buts par saison alors pas de raison de paniquer. Pour RIVIERE, c'est le moment ou jamais. Après de belles promesses à Saint Etienne puis à Toulouse, les blessures sont venues le perturber. Mais cette année à coté du "grand" Falcao. Il devra saisir sa chance et pourra en plus se rapprocher de l'équipe de France. Et pourquoi pas surveiller LACAZETTE qui devra enfin s'imposer dans l'attaque Lyonnaise et ALLIADIERE qui lui devra confirmer ses 15 buts de la saison dernière.

Pour la sélection étrangère, un joli cocktail d'exotisme ! Dans les buts, ENYEAMA (Nigeria), joueur du LOSC depuis 2011 mais prêté au Maccabi Tel-Aviv la saison dernière revient pour être titulaire et montrer ce qu'il sait faire, comme depuis 82 sélections avec les "Super Eagles". La concurrence sera rude à ce poste avec SUBASIC (Croatie) solide à son poste avec Monaco et qui pourrait rapporter de précieux points à l'ASM dans la course au titre.

En défense, FABINHO (Brésil) prêté par le Real Madrid, ne serait-ce pas le nouveau Maicon (Maicon Douglas - Brésil - AS Monaco 2004/2006) ? Dans l'axe, deux colosses d'1m90 : VIZCARRONDO (Vénézuela) qui va tenter d'égaler ses illustres prédécesseurs Sud-Américains (Fabbri et Yepes) dans les cœurs Nantais et KJAER (Danemark), jeune espoir Européen à son poste, arrivant de Wolfsburg est venu remplacer Chedjou à Lille, défenseur moderne au profil proche de Thiago Silva. Mais un brésilien peut en cacher un autre. MARQUINHOS seulement 19 ans et un futur caïd. Mais il peut aussi être le présent du PSG, s'il joue régulièrement. A gauche un ancien de ligue 1 mais qui tente un nouveau défi pas si facile. BEDIMO (Cameroun), champion de France avec Montpellier il y a deux saisons et qui vient de réaliser une seconde saison moyenne a choisi de tenter le difficile pari OL. Les destins de Lyon et de Bedimo sont liés. Même combat pour M. LOPES (Portugal), prêté par le Sporting Portugal et arrivé à Lyon  un peu par défaut (Lyon devait recruter S. Corchia mais un prêt étant moins couteux qu'un transfert ..... M. Lopes est arrivé). Comme Bédimo, il a beaucoup à prouver mais possède de bon arguments pour y parvenir.

Au milieu, on va parler espagnol ! LUCAS (Brésil) débute sa première saison complète avec le PSG. Il n'aura plus l'excuse de l'arrivée en plein hiver. En terme de "talent pur" aucun doute mais l'Europe ne réussit pas à tous les Brésilien. Pour son compère du PSG, le temps presse. PASTORE (Argentine) va devoir passer la vitesse supérieure mais il a déjà démontré par intermittence tout l'étendue de son talent. Pour MOUTINHO (Portugal), son expérience du haut niveau va beaucoup servir à l'ASM mais on va également découvrir un formidable passeur. James RODRIGUEZ (Colombie) son jeune coéquipier devra bien écouter son leader pour affronter les difficultés d'une intégration de la Ligue 1. Il n'est jamais simple pour un jeune joueur technique de s'y habituer dès la première saison. Pour OCAMPOS (Argentine), il a déjà 1 an d'expérience en France. Mais la Ligue 2 est bien différente de la Ligue 1. Et il va devoir porter sur ses épaules le titre de joueur le plus cher de Ligue 2 (11M€). Toulouse a beaucoup recruté et a recruté malin. Pour preuve, un inconnu TREJO (Argentine) arrivant d'Espagne pour apporter ce qu'il manque au TFC : "la dernière passe décisive". En Corse, Bastia devrait faire une saison intéressante. Mais pour cela, les recrues expérimentées devront être à la hauteur. BOUDEBOUZ fait partie de cela. Après une grande saison 2010/2011 avec Sochaux, il a du mal à confirmer. L'air Corse lui fera t-il du bien ?

Et pour conclure (les belles actions), comptons sur CVITANICH (Argentine). L'attaquant Niçois ne pourra plus surprendre les défenses de ligue 1. Par contre, pas besoin de surprendre quand on est un renard des surfaces capable de marquer dans toutes les positions. A coté de lui, un bizut, NELSON OLIVERA (Portugal). Pour lui, un seul objectif : retrouver la sélection Portugaise et pour cela il va devoir marquer de nombreux buts avec Rennes. Sa puissance et son sens du but seront ses vrais atouts. A Lille, on compte beaucoup sur la confirmation de KALOU (Côte d'Ivoire) (Meilleur buteur en France sur l'année civile 2013). BRAITHWAITE (Danemark) sera t-il le prochain grand attaquant scandinave rappelant Elmander au stadium ? En tout cas cet attaquant très complet à de quoi séduire.

Alors prêt pour le grand duel, le vrai ?

    (Ne figure pas dans cette liste Cavani et Falcao car il n'y a rien à attendre de ses grands joueurs ! Ils vont forcement éclabousser notre Championnat !)

22 août 2013

A Monaco, un beau geste pour l'équipe de France des sans-abri

Cette rubrique est là, à l'inverse du carton rouge, pour mettre en avant un beau geste sur la planète foot.

 

Une fois n'est pas coutume en ce moment, on parle de l'AS Monaco, certes toujours pour son argent, mais pour la bonne cause. Rappel des faits :

L'équipe de France des sans-abri va disputer la Coupe du Monde qui se déroule en Pologne. Sauf qu'il manque un peu d'argent (environ 15.000 euros) pour boucler le budget. Leur participation est compromise. Les institutions que sont la Fédération Française de Football et la Ligue de Football Amateur ne peuvent rien pour eux ! C'est là, qu'un dirigeant de l'AS Monaco apprend, dans un journal, la triste nouvelle.

                                        

Quelques jours plus tard, le budget de l'équipe de France est bouclé. L'AS Monaco et son riche président Russe vient de faire un don pour permettre à l'Equipe de France des sans-abris de participer à la coupe du monde.

15 000 euros pour l'ASM, c'est sans doute comme 10 centimes pour un sans-abris mais ce sont eux qui l'on fait et personne d'autre.

Alors bravo pour ce geste ... humain !

14 août 2013

Et maintenant, on fait quoi ?

                                                   

Lors de cet été 2013, nous attendions l'équipe de France Féminine mais nous connaissons tous, la triste fin. Pour nous consoler, nous avons eu droit à deux beaux épisodes joués par "les djeuns" des catégories U20 (champions du monde) et U19 (vice champions d'Europe). Ce fut donc un bel été car deux catégories de jeunes en finale la même année, ce n'était jamais arrivé ! Et d'ailleurs, c'est même la première fois que nous sommes champions du monde U20. Pour les U19, c'est plus commun, avec un dernier titre en 2010 (pas si lointain).
Il est donc très satisfaisant de pouvoir se dire que la formation Française n'est pas complètement "perdue" et disparue.
 
Mais maintenant, on fait quoi ?
 
Il ne va pas falloir fanfaronner très longtemps et se vanter face aux mauvaises langues : "vous voyez que la formation est bonne en France" disent déjà certains. Surtout, gardez un peu d'humilité Messieurs les dirigeants de clubs et de la Fédération. Car depuis combien de temps, la catégorie Espoirs n'a t-elle pas "existé" sur la planète mondiale et européenne ? Dernière participation aux JO : 1996 (depuis 1992 c'est la catégorie Espoir qui y participe). Dernier résultat à un Euro Espoirs : Finaliste en 2002 (seule victoire en 1988). Depuis c'est le néant, et pourtant le vrai tremplin vers l'équipe de France A et le très haut niveau doit absolument passer par la catégorie Espoirs.
C'est bien beau de s'enthousiasmer pour les beaux parcours des U17 - U19 - U20 mais ouvrons les yeux sur la réalité. Comment construire sur la durée, comment faire pour être performant chez les A en négligeant les Espoirs ? Certes, nous aurons toujours des joueurs arrivant de nulle part ou ayant été refoulés par les centres de formation (ouf !) mais la majorité doit tout de même suivre le cursus traditionnel pour former des collectifs, des cohésions, emmagasiner de l'expérience.
Et pourtant, ce n'est pas à cause de l'équipe de France A. Mis à part actuellement avec l'apparition, entre autres, de P. Pogba et R. Varane, combien d'espoirs se sont réellement imposés en A ? Très peu. Certes, il y a la génération 87 (Benzema, Nasri, Ben Arfa, Menez ...) qui est plutôt bien représentée, enfin si l'on considère qu'ils sont utiles et non des boulets, mais sinon peu de générations espoirs ont percé.
Est-ce qu'avec D. Deschamps et W. Sagnol à la tête des A et des Espoirs ce phénomène va s'inverser ? Ont-ils réellement conscience de ce problème ? Leurs expériences du haut niveau et leur sens de la rigueur pour obtenir des résultats seront des atouts mais le problème est plus profond et ce sont surtout les dirigeants de la F.F.F. et leur président Noël Le Graët qui doivent prendre des décisions en profondeur.
 
Le phénomène est encore très préoccupant pour les espoirs actuels. Wahbi KHAZRI, joueur du SC Bastia et espoir du foot français convoité par plusieurs clubs du haut de tableau de ligue 1 et par d'autres étrangers de seconde zone. Que va-t'il faire ? Partir à l'étranger pour un choix financier pour son club, choix financier pour son ou ses conseillers, choix financier pour lui-même. Choix sportif : Se mesurer à la concurrence dans un "grand" club Français voire étranger qui joue un vrai rôle majeur mais jouer et ne pas être sur le banc, ou rester dans son club et continuer de travailler, progresser, grandir ? Quel conseil lui a été donné par son club et surtout comment intervient la Fédération dans ce type de cas pour un Espoir REEL du foot Français ?
Parce que la vraie question est ici : Comment la fédération "protège" ses espoirs ? Ne sont-ils pas suffisamment laissés aux mains de leur club qui tôt ou tard les vendront en se préoccupant avant tout de leurs finances (ce n'est pas un reproche mais une réalité économique). "La Fédération ne peut pas conseiller tous les joueurs" diront certains. Et bien si, les 10-15 espoirs majeurs de chaque génération devraient être protégés, surveillés, conseillés, par la Fédération Française de Football pour leur bien et celui de l'équipe de France.
Ne parlons même pas du cas M'Villa parti se perdre en Russie. Et pourtant, Rennes est parmi les meilleurs clubs formateurs avec de vraies structures pour bien protéger ses joueurs et un entraineur (Frédéric Antonetti) très performant avec les jeunes.
 
Alors pourquoi un bon nombre de ces espoirs préfèrent aller jouer chez le 15ème en Angleterre, en Espagne ou en Italie ? Voir chez le 5 ou 6ème en Turquie, Grèce, Belgique, Russie ou Ecosse. Quelle analyse est faite sur ce phénomène de plus en plus récurrent ? Aucune !
 
Que va-t'il se passer pour R. Cabella après sa saison à Montpellier ? Que va faire Yaya Sanogo à Arsenal ? Lucas Digne va-t'il s'imposer au PSG ?  Pourquoi aucun club du top 10 de ligue 1 ne souhaite avoir Adrien Rabiot en prêt mais préfére un Brésilien de 3ème division (petite exagèration) ? Et j'en passe encore et encore ...
 
Rendez-vous très prochainement ... l'Euro 2016 arrive à grands pas !

12 juil. 2013

Le foot au féminin ....... c'est pas pour rire !

                                   

Le football féminin est devenu depuis quelques années, une discipline suivie et appréciée du public et également des médias. La disponibilité, la gentillesse, leurs jolis sourires sont agréables, surtout dans cette période où le foot masculin n'est pas très populaire. Mais il ne faut pas se tromper, si les filles n'avaient que cela pour elles, cela n'intéresserait personne ... enfin pas sur les terrains de foot.
En 10 ans, le Foot Féminin a énormément progressé. Les clubs pros et les "gros" clubs amateurs s'y intéressent. Les clubs et les municipalités y consacrent un vrai budget, de vraies structures d'entraînement, des plages horaires d'entraînement et de matchs, des éducateurs dans les clubs mais aussi dans les Districts et Ligues. La Fédération s'est réveillée sous l'impulsion de personnes passionnées par le foot féminin. Ce n'est pas d'aujourd'hui que les filles aiment et jouent au Foot. Il fallait simplement s'y intéresser un peu plus, Messieurs les Machos. Il a fallu attendre que le foot masculin soit au fond du trou et que certains veuillent "redorer le blason du Football Français" pour regarder au fond du terrain, derrière les buts, dans un petit coin ... il y a des filles qui jouent au Foot. Et c'est plutôt pas mal.
Coïncidence ou pas, c'est au moment où tout va mal chez les hommes que les filles commencent à avoir des résultats sous l'impulsion de l'Olympique Lyonnais et de l'Equipe de France Féminine également, avec des résultats intéressants au niveau international. Grâce, entre autres, à Aimé Jacquet (encore lui !) et la nouvelle sélectionneuse Elisabeth Loisel, le centre technique de Clairefontaine et ses structures s'ouvre au foot féminin. Les joueuses peuvent donc bénéficier des mêmes droits que les hommes. Résultat, en 2003, première qualification pour une Coupe du Monde avec un dernier match de qualification à Saint Etienne, dans le chaudron de Geoffroy Guichard, devant 23 000 spectateurs ! Du jamais vu. La révolution est en marche.

La confirmation est plus dure mais l'espoir est bien présent et il y a des raisons d'espérer. Le travail de fond dans les clubs et à la Fédération est bon. Le foot féminin progresse en nombre de licenciés mais également en qualité.
Le travail paye enfin, Coupe du monde 2011 : 4ème place avec beaucoup de regrets. Jeux Olympique 2012 : Qualification historique et 4ème place. Avec encore une fois, beaucoup de regrets.

Aujourd'hui, débute l'Euro 2013. La France fait partie des favorites. Pourquoi allons-nous Bien figurer à cet Euro ?
Grâce aux désillusions de 2011 et 2012 (même si ce sont des résultats plutôt bons), les filles et le staff sont revanchards. Le mental sera présent et la gestion des moments clefs sera maitrisée. L'expérience acquise par ce groupe quasi inchangé n'a pas de prix. Le groupe est homogène et cette fois, plusieurs schémas tactiques ont été mis en place par Bruno Bini et son staff. Il sera donc plus facile de s'adapter aux problèmes causés par les adversaires. Offensivement, nous avons les armes pour marquer beaucoup de buts. Après de nombreux matchs de préparation se terminant par des matchs nuls et un faible ratio occasions/buts, la réussite va tourner. Marie Laure Delie avant-centre des Bleues va marquer, les flêches Elodie Thomis et Eugénie Le Sommer, les "passeuses décisives" Gaetane Thiney, Louisa Necib, et Camille Abily vont la fournir "en bons ballons".
La complémentarité de ce groupe nous permettra de se rapprocher du titre de Championne d'Europe 2013 - La révolution est en marche - Une nouvelle ère s'ouvre à vous !

                                                                       

06 juil. 2013

La panthère rugit toujours

                                                    

Quand on entend dire de la part de certains dirigeants, qu'il faut respecter les contrats et qu'un maximum devraient arriver à leur terme, et bien, nous avons la preuve que quand un joueur le respecte ce dernier n'est pas respecté pas son club !

Un attaquant de l'équipe de France marquant une dizaine de buts chaque saison, ce n'est pas si fréquent (2007 : 10 buts en Ligue 1, 2008 : 16 buts, 2009 : 10 buts, 2010 : 10 buts, 2011 : 10 buts, 2012 : 14 buts, 2013 : 16 buts). Sans que se soit des stats extraordinaires, ce sont tout de même des statistiques qui prouvent une certaine régularité et une vraie compétence dans ce poste.

Bafétimbi Gomis, né le 06 août 1985 à La Seyne sur Mer, est un joueur de l'Olympique Lyonnais, depuis l'été 2009. Le contrat de "Bafé la panthère" se termine en juin 2014. Après plusieurs discution, aucun accord entre les deux parties pour un renouvellement. Gomis est un gros salaire pour l'OL et le club souhaite baisser sa masse salariale. Nous en arrivons donc à un conflit INADMISSIBLE. Mr AULAS est certes le très compétent président de l'OL, qu'il a fait grandir en France et en Europe, notamment pour les recrutements de joueurs et surtout pour les revendre avec de belles plus values. Mais depuis quelques temps tout ceci a bien changé. Après, entre autres, le recrutement très couteux de Y. Gourcuff, la gestion du cas et du contrat de C. Puel voici "l'affaire Gomis".

Etant donc en fin de contrat en juin 2014, Bafé Gomis partira sans rien rapporter au club en terme de transfert. Ceci est donc très dur à accepter pour Mr Aulas et c'est plutôt compréhensible. Ce qui l'est moins c'est les propos et l'acharnement autour du joueur pour absolument le faire partir dès cette année et pouvoir percevoir une indemnité de transfert ! Qui est fautif dans cette histoire ? Il fallait sans doute agir avant, Messieurs les dirigeants de l'OL. Vous ne pouvez pas reprocher à un joueur de vouloir aller à la fin de son contrat. C'est le monde à l'envers !

Par ailleurs, preuve d'une certaine incompétence de nos clubs en terme de recrutement, aucun club de Ligue 1 ne s'intérresse à Bafé Gomis. Et ne me parlez pas d'argent, je vous entends tous vous plaindre, l'indemnité de transfert est correcte et son salaire n'est pas supérieur à certains loosers que vous avez tous déjà sous contrat. Et en plus, c'est l'assurance d'un joueur qui marque 12-15 buts dans une saison.

Question ouverte pour Monsieur Aulas : "Comment allez-vous continuer de défendre la bonne parole en tant que représentant de club à la LNF, sur le non-respect des contrats par les joueurs ou que les joueurs se moquent de ceux-ci et ne sont plus attachés aux valeurs, alors que vous, président d'un grand club Français, ne respectez pas le souhait d'un joueur qui est attaché à son club ?"

Président, nous pouvons comprendre votre point de vue maisil est difficile d'accepter un tel comportement d'un haut dirigeant du foot Français qui comme les joueurs doivent avoir une bonne image pour les jeunes ... et les moins jeunes.

                                   

02 juin 2013

Merci Fergy !

                                                            

Sir Fergy ... Entraîneur ou manager ?

Il est vrai en Angleterre les deux se confondent un peu. Malgré tout, tous les entraîneurs du monde ont "une spécialité".
Avec la fin de la carrière d'entraîneur-manager de Monsieur Alex, petit débrief sur la façon dont il réussi au sein de Manchester United.
Il y a les techniciens, les purs et durs, qui sont très bons dans la préparation tactique, technique, l'approche des matchs, l'analyse des adversaires. Mourinho est de ceux-là, comme également beaucoup de managers Italiens. Même si José M. est aussi un bon orateur, un beau parleur, sa méthode très (trop) exigeante dans la gestion des hommes ne peut sans doute pas être efficace sur de nombreuses années.
Pour Sir Alex c'est tout le contraire. Malgré un fort caractère, il fait passer un tout autre discours basé sur le long terme.
Durant ces nombreuses années, aucune révolution tactique. Même s'il a toujours su s'adapter à ses joueurs et à l'évolution du jeu, il n'a pas porté sur le monde du foot dans ce domaine mais plutôt dans son aura de "great manager" (grand manager)
Il est plutôt "constructeur", un peu comme Arsene Wenger, mais avec plus de moyens pour recruter de jeunes joueurs dont la majorité ont déjà une petite expèrience (hormis la génération en or : Beckham, les frères Neuville, Scholes, Butt ....)
Il a toujours réussi à faire de ses joueurs de "bons joueurs de club", très attaché au respect des règles et à la discipline des consignes.
Sur le terrain, sans être toujours flamboyant, le discours du manager oblige les joueurs à se transcender.
Un manager hors pair capable de calmer, apprivoiser des personnalités comme Cantona, Ince, Schmeichel, Keane, Rooney, Van NistelroyDe façonner des génies comme C. Ronaldo, Beckham, Rooney, Giggs.


Alors Sir Alex Ferguson plutôt manager génial ou technicien hors pair ?

                                                    


On ne peut pas être un grand Monsieur sans être un peu des deux mais surtout ... grand Manager génial !

12 mai 2013

Daniel Jeandupeux ... l'art de la langue et de la Technique !

                              

Qui êtes-vous Daniel JEANDUPEUX ?
Je suis né le 07/02/1949 à Saint-Imier (Suisse), je marié à Carmen et j'ai 3 enfants : Alexandra, Morgan, Emeric. J'ai la double nationalité Suisse et Française et je suis diplomé : Baccalauréat pédagogique, Brevet d’instituteur, Instructeur de l’Association Suisse de Football (3e degré), Diplôme d’Entraîneur Professionnel de Football de la Fédération Française de Football (3e degré). Je parle également plusieurs Langues : Français, Allemand, Espagnol, Anglais, Italien, Portugais.
Mes expériences sont multiples :
Expérience de journaliste : Suisse : Sport, Semaine Sportive, Tages Anzeiger, Schweizer Illustrierte, l’Illustré, Foot-Hebdo, Match Mag, FIFA Magazine, Corriere del Ticino.
France : France Football, Mondial, Onze, Libération, Sud-Ouest, Cahier du Football.
Allemagne : Kicker, BDFL-Journal, Fussballtraining.
Portugal : À Bola Algérie : El Watan
Livres : Foot ma vie - L’Âge d’Homme (76) et Les sorciers du Foot - Éditions du Rocher (97)

Expérience professionnelle :
2004-2012 : Entraîneur ou Conseiller du Président : LEMANS FC        

Footballeur :     
1967-71 : FC La Chaux de Fonds
1971-75 : FC Zurich
71-72 : Vainqueur de la Coupe de Suisse
72-73 : Vainqueur de la Coupe de Suisse
73-74 : Champion de Suisse  (Meilleur buteur - Footballeur de l’année - 74-75 : Champion de Suisse)
1975-77 : Girondins de Bordeaux
1977 : Jambe cassée
Et de 1969-77 : International. 35 matches avec la Suisse

Entraîneur :
1979-80 : FC Sion (Vainqueur de la Coupe de Suisse - Entraîneur de l’année)
1980-83 : FC Zurich (80-81 : Champion de Suisse - Vainqueur de la Coupe de la Ligue - Finaliste de la Coupe de Suisse)
1981-83 : 2 x 3e, qualification à la Coupe UEFA
1983-85 : Toulouse FC  (83-84 : 5e - 84-85 : 11e et 1/2 Finale de Coupe de France)
1986-89 : Equipe Nationale Suisse  (Record d’invincibilité : 8 matches sans défaite)
1990-94 : SM Caen  (90-91 : 8e - 91-92 : 5e, qualification à la Coupe UEFA - 1/4 de la Coupe de France)
1994-95:RC Strasbourg  (1/2 Finale de la Coupe de France)

                                                                                                  
Instructeur :    
1995-97 : Cours en Allemagne, Grèce, Roumanie, Autriche, Luxembourg et Québec.       
Cours FIFA en Chine et en Égypte.   
1996 : Membre du Staff Technique de l’UEFA à l’Euro 96
2013   Consultant pour Teamstadia sur le dossier « Guyane base avancée »
2013   Consultant pour le Programme Performance de la FIFA


Manager Général :
1997-2000 : SM Caen (Deuxième Division)  -  9e, 5e, 6e.
2002 - 2004  Consultant Télévision Suisse
2009 - 2011  Consultant Canal + Sport : Les Spécialistes Europe.
2011 - 2012  Consultant Canal + Sport : Onze d’Europe.
2012 -           Consultant Canal + Sport : The Specialists

2006 - 2012  Membre du Comité Directeur de l’UNECATEF   

2010 - 2012  «Carte Blanche» dans le Tages Anzeiger de Zurich.

Blog : www.danieljeandupeuxconsulting.eu
 
Vous avez un C.V. « long comme le bras », que retenez-vous de toutes ces expériences ?
Je crois avoir pratiqué tous les métiers du football et accompagné quelques activités de presse et d’écriture. J’aurais voulu découvrir la pierre philosophale qui garantit la victoire. Raté. Je n’ai compris que quelques mécanismes du football et de la vie, ce qui représente quand même un beau patrimoine. Cette expérience m’a apporté beaucoup d’humilité et de bienveillance par rapport à tous les acteurs du football.
Cette vie m’a permis de mieux me connaitre et de débusquer mes contradictions. J’ai toujours voulu construire des clubs plutôt que d’avoir un plan de carrière. Alors que ma qualité de « sprinter » me fait rapidement aller à l’essentiel et trouver les priorités pertinentes et efficaces pour faire décoller vite ma structure de travail et que l’amélioration de tous les détails de fonctionnement finit par me lasser. Je suis meilleur créateur que gestionnaire, pourtant je me suis entêté à pousser très longtemps la fidélité à une seule bannière. Ainsi j’ai passé plus de 8 ans à LEMANS FC, comme au Stade Malherbe Caen et au FC Zurich.
 
Vous parlez 6 langues. Est-ce une passion ?
Je n’ai pas choisi de parler français puisque je suis né en Suisse Française. J’ai appris des langues par curiosité pour d’autres cultures et par les aléas de la vie. J’ai appris l’allemand pour jouer et vivre à Zurich (malgré le dialecte, que je comprends). Je me suis mis à l’espagnol parce que j’ai acheté une maison en Espagne. J’ai buché l’anglais parce que 2 joueurs néo-zélandais arrivaient au FC Zurich que j’entrainais. J’ai appris l’italien parce que je suis devenu le coach de l’équipe nationale Suisse. J’ai appris le portugais parce que je côtoyais de joueurs Brésiliens et que ma mémoire commençait à « buger » de plus en plus souvent. Le cerveau n’est qu’un muscle qu’il faut faire travailler pour qu’il conserve un certain niveau de performance.
 
Après votre carrière de joueur, entraîner était une suite logique ?
C’était une suite logique, puisqu’en temps que joueur il m’avait déjà été possible de toucher à la direction technique à l’âge de 20 ans au FC La Chaux-de-Fonds et plus tard aux Girondins de Bordeaux, que j’avais toujours exprimé des idées sur le jeu que je voulais vérifier et qu’âge de 30 ans une place d’entraîneur de LNA m’était proposée par le FC Sion et que j’ai acceptée parce que ma carrière de footballeur paraissait fort compromise.
 
Vous avez été un précurseur en terme de Tactique, en France dans les années 80. Pensez-vous qu’avec l’évolution du foot moderne et la précision dans la préparation tactique, on peut aller encore plus loin ?
Je pense que l’évolution tactique ne cessera jamais. Le FC Barcelone a porté très loin son concept de jeu basé sur la technique. Longtemps, les entraîneurs ont pensé que seule une défense hermétique pouvait apporter une solution (Mourinho et Chelsea). Heureusement, le Borussia Dortmund avec un football sans calcul nous démontre que d’autres alternatives existent, avec un pressing permanent et tout-terrain. Avec une grande générosité et un beau panache.
 
Avec votre expérience, pensez-vous comme beaucoup qu’avec ce que montre le Barça depuis quelques années, on peut dire que c’est la meilleure équipe de tous les temps ?
Le FC Barcelone a été la meilleure équipe de tous les temps. Mais ne l’est plus. Le projet de départ s’est érodé. Finalement la circulation du ballon n’avait plus pour objectif de préparer une attaque percutante, mais seulement le but de priver l’adversaire du ballon, de l’user et ainsi de ne pas (ou peu) devoir défendre. Le paradoxe des deux dernières années, c’est que le collectif le plus solidaire de l’histoire du football est devenu hyperdépendant d’un seul individu : Messi. C’est le début d’une décadence par rapport à l’idée première du foot pratiqué au Camp Nou.
 
La technique a pris le dessus sur le physique. Vous devez vous en réjouir ?
Pour reprendre un slogan publicitaire, je peux écrire : « J’en ai rêvé, le Barça l’a fait ». Avec succès. Il a démontré que des vertus comme l’intelligence et la technique n’étaient pas des qualités démodées comme on a pu l’entendre et le lire en France. Maintenant, il semble qu’il est possible de passer à autre chose. Enfin, car finalement trop d’intelligence tue la générosité et le panache.
 
Comment jugez-vous le niveau du football français actuel (ligue 1 et équipe de France) ?
Depuis quelques années, le football français repart dans la bonne direction au niveau du jeu. Le football redevient plus spectaculaire. Beaucoup d’équipes croient à nouveau au jeu. L’équipe de France paraît repartir sur un nouveau groupe avec des cadres expérimentés et des jeunes de très haut niveau (Varane, Pogba) et un Matuidi épatant. Le football français va retrouver sa fierté. J’en suis sur. Grâce aussi au PSG et l’argent injecté par le Quatar.
 
Et le niveau des entraîneurs français ?
J’aime beaucoup le travail de Garcia, Garde et Montanier. Puel prouve qu’il demeure une pointure. Galtier en devient une. Baup fait des miracles à l’OM. Et j’ai un faible pour Fournier, Furlan, Hantz, Zanko et Beunardeau que j’ai côtoyé. Et naturellement Gourcuff qui maintient Lorient dans le haut du classement.
 
La France avait de l’avance sur ses voisins dans les années 1990-2000. Aujourd’hui, nos voisins nous regardent moins. Travaille t’-on toujours aussi bien dans la formation française ?
Grâce à Georges Boulogne, la France a possédé beaucoup d’avance dans son concept de formation et l’obligation faite aux clubs professionnels d’avoir un centre de formation et de professionnaliser l’apprentissage du football. Depuis les succès internationaux de l’équipe de France, le modèle a été copié et amélioré ailleurs. Selon moi, le contenu de l’apprentissage aurait pu faire la différence. Malheureusement celui-ci s’est inspiré du modèle de l’équipe championne du Monde de Jacquet, avec la solidité défensive, la qualité athlétique et technique comme principes de base intangibles.
Une idéologie, une vision commune permet construire une cohérence, mais peut limiter son efficacité par manque de confrontation à d’autres idées qui permettent le progrès.

Suivez-vous le foot amateur de près ?
Je suis les résultats, regarde les classements, mais ne vais que rarement voir des matchs.
 
Comment voyez-vous la situation du Mans, où vous étiez encore récemment conseiller du Président ?
Comme de nombreux clubs qui redescendent de L1 (Auxerre, Lens, Strasbourg, etc.) LEMANS FC est en grande difficulté financière s’il ne réussit pas à remonter immédiatement après une relégation. La baisse de la masse salariale est beaucoup plus lente que la baisse des recettes et provoque des déficits annuels qui sont en partie comblés par la vente des meilleurs joueurs. Ce qui affaiblit l’équipe, les résultats et les recettes. Selon le principe de la vis sans fin d’Archimède qui tourne dans le mauvais sens. Moins d’argent, moins de bons joueurs, moins de résultats, moins d’argent, moins, etc.

Certains clubs comme Le Mans ou Sedan ont investi dans des stades en croyant durer au haut niveau. Malheureusement, aujourd’hui ils sont en grosse difficulté. Mauvaise stratégie ?
Le choix est cornélien. Jouer en L1 avec un stade de National est-il viable pour durer dans la plus haute division ? Non. Le seul moyen d’augmenter les recettes est d’agrandir la capacité du stade et son confort pour ressembler à un club du plus haut niveau.
Par contre la construction du stade mobilise une très grande partie de l’énergie des membres du club qui manquera dans le domaine sportif. Il décuple l’exigence extérieure (supporters, partenaire, collectivités). Pour avoir fait deux entrées dans de nouveaux stades (Caen et Le Mans), je résumerais l’opinion du public ainsi : à « dans l’ancien stade : super équipe et stade de merde » succède « super stade et équipe de merde ». Avec une pression négative qui augmente dans le temps.

Les finances des clubs sont-elles trop fragiles ?
De tout temps, les dirigeants ont été poussés par l’environnement et par leur ambition de dépenser plus pour obtenir de meilleurs résultats (au profit des joueurs et des techniciens surtout). Comme au casino, ils jouent prudemment à quitte ou double.
En 1949, un hebdomadaire spécialisé écrivait : « Si les dirigeants continuent de dépenser autant d’argent, dans 3 ans le professionnalisme n’existera plus. »
Dans les années 70, Claude Bez, futur président de Bordeaux me disait : Je fais une étude de tous les grands championnats européens. Ils font tous 10 % de déficit par saison.
Malgré la DNCG, peu de choses ont changé.

Quel est votre meilleur souvenir de foot ?
Un but victorieux en Finale de Coupe Suisse avec le FC Zurich contre le FC Bâle et tous les succès avec les équipes que j’ai entraînées.
 
Comment voyez-vous votre avenir ? Dans le football ou en dehors ?
Je continue à faire quelques missions dans le football. Mais j’ai surtout décidé de profiter de la vie. En attendant que le football me rattrape, même si ce n’est pas mon intention ?

                                                                                              

Merci Daniel et à bientôt sur les terrains de foot !